Flexitarisme : moins de viande et de poisson

Flexitarisme : moins de viande et de poisson

On connaissait le véganisme, le végétarisme… Ces dernières années est apparu le flexitarisme. Ce régime privilégie la qualité à la quantité afin d’améliorer l’équilibre de notre alimentation et de réduire son impact environnemental.

Ne manger de la viande ou du poisson qu’une à deux fois par semaine, c’est le principe du flexitarisme. Ce régime part du postulat qu’il est possible, en changeant ses habitudes alimentaires, de préserver sa santé tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

Dans une étude intitulée « Vers une alimentation bas carbone, saine et abordable », l’organisation non gouvernementale WWF a analysé les bienfaits de cette alimentation.

Privilégier les protéines végétales

L’ONG propose un « panier alimentaire » qui contient deux tiers de protéines végétales (lentilles, pois, haricots…) pour un tiers de protéines animales. Il réduit également la quantité de produits laitiers, d’aliments industriels et transformés au profit de légumes et fruits de saison.

Quels avantages ?

Limiter sa consommation de viande permet de limiter le risque de cancer et de maladies cardio-vasculaires. En 2018, le Fonds mondial de recherche contre le cancer recommandait de ne pas dépasser 500 grammes de viande par semaine. Soit nettement moins que le 1,15 kg de viande consommée en moyenne par les Français…

L’autre atout du flexitarisme est qu’il est plus respectueux de l’environnement. En effet, un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) soulignait que l’élevage était responsable de près de 15% des émissions annuelles de gaz à effet de serre dans le monde. Selon WWF, consommer de la viande et du poisson avec modération réduirait de 38% l’empreinte carbone de nos repas.

Et le coût ?

Manger mieux ne veut pas forcément dire manger plus cher, assure l’ONG. La baisse de quantité de viande ou de poisson doit permettre de privilégier des produits de qualité et locaux. Avec un panier à 189 euros, soit le budget hebdomadaire d’une famille de 4 personnes, il est possible d’acheter 50% de produits bio.